Fiche de culture de l'érable de Burger en bonsaï


érable de Burger en bonsaï


RETOUR AUX FICHES DE CULTURE

Présentation
L’érable de Burger ou érable trident est une espèce résistante aux tailles sévères, à une relative sécheresse, ainsi qu’à la pollution. L’espèce est donc souvent utilisée en ornement en milieu urbain (sauf en France). Ces qualités en font aussi un excellent choix pour la culture en bonsaï. Originaire de Corée, de Chine et du Japon, l’erable de Burger peut atteindre une hauteur de 10 mètres et plus en pleine terre.
L’érable de Burger est une espèce difficile, voire impossible à trouver en jardineries ou pépinières. On n’en trouve pas non plus en milieu naturel, et il est donc impossible de la prélever. La source principale se situe généralement chez les spécialistes du bonsaï, qui l’importent d’Extrême-Orient.
Contrairement à l’érable du Japon (acer palmatum), la feuille de l’érable de Burger ne comporte que 3 lobes (trident). Elle est verte foncée sur la face extérieure et bleu-vert sur la face inférieure. En automne elle arbore de magnifiques couleurs roses, à rouge-orangé. Les jeunes pousses sont cuivrées. L’écorce est très décorative et se desquame par plaques laissant apparaitre des zones orange clair. Sur les arbres matures, l’écorce s’assombrit. L’espèce est extrêmement vigoureuse, particulièrement lorsqu’on la cultive en pleine terre, et l’on peut obtenir des troncs imposants avec de magnifiques nebari rapidement de cette façon.
Exposition
Exposition ensoleillée. Un  peu d’ombre est nécessaire aux sujets au système racinaire affaibli afin d’éviter les brulures de feuilles. Les sujets en pots peu profonds ou de petite taille doivent aussi être protégés du soleil aux heures les plus chaudes en été. Les racines étant assez charnues et gorgées d’eau, il est important de protéger le pain racinaire en hiver lorsque les températures descendent au dessous de -5°C. C’est, sinon, une espèce rustique.
Plage de températures : -10°C - +35°C.
Fertilisation
Fertiliser 2 fois par mois de mars à fin septembre avec un engrais organique solide.
Taille et mise en forme
Laisser pousser les jets de 3 à 5 paires de feuilles puis rabattre à une ou deux paires constamment durant la période végétative. Surveiller particulièrement l’apex et les branches fortes de la partie supérieure afin qu’elles ne s’épaississent pas trop et n’affaiblissent pas la partie basse de l’arbre. La taille régulière de la partie supérieure de l’arbre permet de distribuer la vigueur à l’ensemble de l’arbre. Il est important aussi d’éclaircir la masse de feuilles en pratiquant l’effeuillage partiel pour faire entrer la lumière dans le houppier qui est souvent très dense. La défoliation (environ fin mai, sur des sujets forts) donne d’excellents résultats avec une réduction impressionnante de la taille des feuilles, déjà naturellement petites. La taille de structure se fait après la chute des feuilles ou à la fin de l’hiver. Il faut éviter de la pratiquer au début du printemps car cela provoque généralement des pertes de sève importantes. La greffe de branches et de racines sont couramment pratiquées et réussissent bien. Toutefois la propension de l’espèce à percer en arrière continuellement permet généralement d’obtenir l’éclosion d’un bourgeon naturellement à l’endroit recherché, sans avoir à pratiquer la greffe.
L’espèce est l’une des plus utilisées dans les formes sur roche, en raison de la vitesse de croissance des racines et de la vigueur générale.
Arrosage
L’espèce est assez gourmande en eau pendant la période végétative. En hiver cependant, il faut éviter absolument l’excès d’arrosage en raison de la vulnérabilité relative de ses racines au gel.
Ligature

La ligature est peu utilisée du fait que l’écorce marque facilement et que le bois est assez cassant.

Rempotage

Les jeunes sujets doivent être rempotés quasiment chaque année. Pour des sujets plus âgés, environ tous les 2 à 3 ans. En raison de la sensibilité des racines au gel, et afin d’éviter les pains racinaires gorgés d’eau en hiver, il est préférable d’utiliser un substrat drainant (type 70% pouzzolane ou ponce / 20% kiryu / 10% akadama) . Le rempotage ne pose pas de difficultés particulières. Il se pratique au début du printemps à l’éclosion des bourgeons. La taille des racines peut être sévère, l’espèce étant particulièrement vigoureuse.

Maladies et parasites

Espèce peu problématique qui peut toutefois être parfois touchée par les pucerons ou les chenilles. Les retirer alors à la main. Comme pour tous les bonsaïs, la meilleure des protections est la culture dans un substrat adéquat et avec une fertilisation massive

vers le haut


RETOUR AUX FICHES DE CULTURE