Fiche de culture du charme en bonsaï


charme en bonsaï


RETOUR AUX FICHES DE CULTURE

Présentation


Le genre est caduc et comporte une quarantaine d’espèces originaires d’Europe, d’Asie et d’Amérique du nord. Les feuilles, de 5 à 7 cm, sont alternes, plus ou moins gaufrées selon les espèces, de couleur vert intense durant la période végétative et virant du jaune lumineux au rouge à l’automne. Elles sont marcescentes (restent fixées aux branches tout l’hiver). L’écorce grise-argentée, cannelée de noir ou de pourpre sur les sujets matures est très décorative et permet de le distinguer du hêtre. Si le charme a un début de croissance relativement modeste, c’est ensuite un arbre très vigoureux. Il peut atteindre une hauteur de 25 mètres en pleine terre. Les charmes préfèrent les longues saisons végétatives, avec des étés chauds. Toutes les espèces se cultivent de la même façon. Celles les plus adaptées au bonsai sont :

Carpinus turczaninovii: Feuilles de 5cm de long environ, fleurs blanches rosées à la fin du printemps suivies de fruits de 2cm environ couleur vert-jaune virant au rouge. Origine Europe. Taille adulte en pleine terre jusqu’à 10 mètres. Carpinus coreana est un sous-type.

Carpinus laxiflora : Le plus beau à notre gout, carpinus laxiflora ou charme à feuilles rouges est une espèce rare, originaire du Japon. Ses feuilles vert-intense virant au rouge et son écorce gris-argent veinée de noir sont magnifiques. C’est une espèce de choix en bonsaï.

Ostrya carpinifolia: Espèce injustement méconnue, le charme-houblon se prête particulièrement bien au bonsai car ses feuilles sont naturellement assez petites, sa croissance est vigoureuse et il bourgeonne en arrière abondamment. Sa floraison en panicules en fait de plus un sujet attractif.


Carpinus betulus : Le charme commun, est le plus rustique de tous, feuillage vert clair virant au jaune lumineux en automne et croissance vigoureuse.

Exposition
Plein soleil à mi-ombre en été sauf dans les régions méditerranéennes où l’on peut le placer a mi-ombre en permanence. Ostrya carpinifolia est plus méditerranéen et résiste mieux à la sécheresse que les autres.
Fertilisation
Fertiliser tous les 15 jours de Mars à mi-octobre. Interrompre entre mi-juin et mi-aout.
Taille et mise en forme
Supprimer les bourgeons apicaux et à l’aisselle des branches aussitôt qu’ils apparaissent. Laisser la première pousse de printemps se développer et lignifier, puis rabattre sévèrement cette première pousse. Le bourgeonnement en arrière sera ainsi stimulé, générant une deuxième pousse plus compacte, avec des entre-nœuds rapprochés, tout en entretenant la vigueur. Supprimer les plus grandes feuilles lorsque nécessaire.
Défoliation
Il est possible de défolier les arbres en bonne santé et n’ayant pas été rempotés la même année. Cela se fait généralement début juin afin de laisser à l’arbre le temps de refaire un feuillage plus compact avant le cœur de l’été.
Arrosage
L’arrosage doit être soutenu. Le substrat ne doit jamais sécher intégralement et il faut arroser dès qu’il devient sec au toucher en surface. Le stress hydrique provoque des feuilles pendantes qui peuvent vite jaunir et tomber.
Rempotage

Il se fait au printemps, avant le débourrement des bourgeons. L’espèce a une tendance à émettre peu de racines, droites et vigoureuses. Il est nécessaire de les tailler sévèrement afin d’encourager la division de ces racines.

Maladies et parasites
L’espèce est très peu sujette aux maladies. Les jeunes feuilles sont parfois attaquées par les chenilles. Les retirer à la main

vers le haut


RETOUR AUX FICHES DE CULTURE